La Séduction; un besoin de plaire

Séduire ! Que voilà un beau verbe ! Qu’y a-t-il de plus plaisant que de plaire ? De constater l’effet que notre séduction a sur les autres. Qu’importe l’âge, on a besoin de séduire, de sentir que l’on plait à quelqu’un même si cela reste sans conséquence. Le simple fait de séduire nous valorise. La séduction c’est franchir une à une les étapes qui séparent deux êtres autant physiquement que moralement. Ce processus peut prendre fin à tout moment si l’intérêt n’y est plus ou pour toute autre raison.
Analysons ensemble le processus de séduction afin de bien comprendre la distinction entre l’amour, le désir et la passion.

En mode « cruise » ou « flirt »

Sans trop s’en rendre compte, on séduit très fréquemment. C’est ce que l’on appel cruiser, flirter. Le flirt ou le « cruise » est le premier contact superficiel, sans but sérieux que l’on fait sans vraiment s’en rendre compte juste pour le plaisir sans en attendre quoi que ce soit. Il se peut cependant que cela dérive vers la séduction si quelqu’un a capté notre intérêt.

C’est ce qu’on pourrait appeler la séduction innocente. On ne cherche pas vraiment autre chose que la sensation agréable de plaire. Certaines personnes aiment plus séduire que d’autres. Je considère que renoncer à séduire est renoncer à une partie de soi-même. Personnellement, j’ai intentionnellement éteint ce besoin de séduire qui est en moi par peur de provoquer certains hommes irrespectueux et ce, pendant plusieurs années. Cela a eu pour effet de tuer une partie de mon estime de moi et de tomber sans l’auto sabotage. Aujourd’hui que j’y retouche, plus que jamais, je ne mettrai mon pouvoir de séduction de côté. J’ai compris qu’il faisait partie de moi comme d’un besoin essentiel.

Certains hommes, j’ignore pourquoi, interprète tout comme de la provocation. Parce que vous avez quelque chose qui leur plait, c’est comme s’il devenait logique pour eux qu’il en soit de même pour vous. Ensuite, ils traitent d’aguicheuses celles qui les repoussent.

Exemple: Séduire sans le vouloir

J’ai vécu une situation semblable il y a quelques années et ce fut suffisant pour que je perde le goût de plaire pour plusieurs années. Nous avions mon mari et moi, quelqu’un de très proche qui nous aidait beaucoup avec la construction de la maison. C’était un homme d’un certain âge qui aurait pu être mon père. À l’époque, il était très souvent à la maison, trop même. Il avait même une clé de la maison au cas où il aurait besoin d’un outil en notre absence. En général, il venait nous aider lorsque mon mari était à la maison. Je me sentais en sécurité et croyais avoir trouvé le père que je n’ai jamais eu. Un jour pourtant, il a commencé à me faire des avances que je repoussais poliment. Puis, de plus en plus souvent et de façon plus claire pour ne pas dire dégoûtante.

Je commençais à me sentir sérieusement en danger en sa présence. Cela devenait oppressant. Puis un jour, j’étais dans mon bain. J’avais fait la grasse matinée et j’étais seule à la maison. Je n’avais pas fermé les portes de la salle de bain de l’étage où j’étais puisque j’étais seule dans la maison et que la porte de la maison était barrée. Mais voilà que quelqu’un débarre la porte et entre dans la maison. Je me lève du bain pour regarder par la fenêtre si c’était une surprise de mon mari mais non, c’était cet homme.  Croyant qu’il va descendre à la cave chercher un outil, je me rassoie. Il m’a entendu me rassoir dans la baignoire et le voilà qui monte à l’étage.

Ma réaction

À cet instant, une rage folle s’est emparée de moi, je suis sortie de la baignoire et fermé très fort les deux portes en les barrant. J’étais hors de moi. Espérant ainsi que le message serait clair. Il l’a été, il est redescendu. Heureusement pour moi, c’était un peureux. Moi pas ! Si je me sens attaquée ou en danger, je tombe dans une rage folle où il n’y a que deux choix. J’y reste ou il y reste !

Étant encore dans cet état de colère, j’ai décidé de régler le problème une fois pour toute. Je me suis habillée en vitesse, je suis descendue à la case et l’ai sorti hors de chez moi.

Je crois sincèrement que ce qu’il y a de pire dans la séduction, c’est lorsque celle-ci fonctionne chez quelqu’un pour qui vous n’avez aucun intérêt et que cette même personne semble convaincu du contraire parce qu’elle est excitée par votre personne. J’en parle et je sens encore cette colère en moi.

Ai-je capté son attention

Lorsque quelqu’un a capté notre attention, qu’il nous intéresse, on chercher à capter son attention, le processus de séduction proprement dit s’installe, commence. Comment cela se produit-il ? Qu’est-ce qui nous accroche, capte notre attention ? C’est ce que l’on pourrait appeler l’attrait physique, le scénario érotique qui est le premier facteur qui provoque et influence le désir.

Sa voix, sa démarche, son humour ses gestes, son regard perçant, franc et direct, ses yeux de chatte, ses fesses, ses cuisses, ses jambes, son visage, ses seins, son sourire, son langage, son parfum, son habillement, sa tenue, ses dents, son hygiène, etc… Bref, l’attrait physique, le superficiel, le premier coup d’œil. Remarquez qu’à cette étape on est très soucieux de notre apparence. On prend soin d’être bien coiffé, maquillé, vêtue, soigné, etc… Chose que l’on néglige trop souvent par la suite.

Parlons un peu d’hygiène

On peut ne pas croire utile d’en parler, Ben voyons donc, tout le monde se lave !!! Et bien non. L’hygiène corporelle, c’est quand même plus que de se laver… Sans trop s’en rendre compte, on est parfois trop négligeant envers notre hygiène.

Souvenez-vous de ces temps de fréquentation… On fait doublement attention à notre apparence, on soigne notre maquillage, notre coiffure, notre peau, notre tenue vestimentaire, on tient à paraître à notre avantage, on s’habille sexy ou du moins soigneusement, on veut plaire. On prend un soin particulier à notre haleine, nos dents, notre odeur corporelle, nos aisselles, nos pieds, nos fonds de culotte, on tient à ce que tout soit propre et agréable, on met des sous-vêtements agréables et provocants, on fait bien attention à ce que nos organes génitaux ne dégagent pas d’odeurs désagréables. Et, que dire des poils, l’homme se fait la barbe deux fois plutôt qu’une, la femme se fait les poils des jambes, des aisselles, du bikini. On fait tellement attention que cela nous obsède presque.

Mais une fois cette période de séduction, de découverte et de fréquentation est passée, que nous arrive-t-il ? Notre hygiène nous obsède moins. Avec le temps, on se néglige et par le fait même on néglige l’autre. Pourquoi était-ce si important et qu’aujourd’hui ce l’est moins ? Tout simplement parce que le quotidien fait que l’on ne cherche plus à se séduire, on a d’autres priorités en tête. Malheureusement, cette négligence, aussi banal qu’elle puisse paraître, peut être interprétée comme une indifférence par l’autre : Il n’a plus le goût de me plaire… On devient distant et on finit par développer un manque d’intérêt, un manque de désir.

Le désir dans le fond, c’est quoi

Ce n’est pas seulement le fait d’être en érection ou d’être bien lubrifié. Le désir est plus profond que ça! Plus subtile aussi et, plus fragile…

Désir : Souhaiter la possession ou la réalisation de quelque chose.

Il y a désir et désir sexuel. Il s’agit tous les deux de souhaits mais qui se vie différemment dans le corps.

Exemple : Si je désire changer de vie, changer de voiture ou de coiffure, le désir ne se ressentira pas de la même façon que si je désire gagner le cœur de quelqu’un ou/et si je désir un échange sexuel.

Le désir peut être ressenti dans la tête, le cœur ou les organes génitaux dépendant de ce que l’on désire exactement. Il est intéressant d’en connaître la différence mais aussi d’en sentir la nuance dans notre corps.

Le désir affecte en général la ou les parties du corps qui sont concernées par ce désir. Si vous désirez gagner le cœur d’une personne en particulier, il est fort probable que l’émotion que vous ressentirez sera au niveau du cœur. Si votre désir est sexuel, la réaction du corps est différente. Elle se traduit par une excitation des diverses parties érogènes dépendant de ce que l’on désire exactement.

Comment le ressent-on

La femme ressent son désir sexuel par un fourmillement du clitoris et parfois même aussi des mamelons ou des parois vaginales. Si le désir est plus intense, elle peut également le ressentir dans tout le corps et flotter comme dans une sorte d’état second. Elle se sent bien, se sent désirable, légère. Son pouls bas la charade… Le résultat est similaire pour l’homme. Il ressent également un fourmillement dans le pénis qui a souvent pour effet de le faire durcir. Son sentiment de virilité se nourrit de la certitude de l’éveil sexuel féminin et vice-versa.

Le désir sexuel est une force propulsive, une énergie, un élan de convoitise, une pulsion qui pousse à la recherche du plaisir érotique. Je dirais tout simplement que c’est le fait d’être excité sans nécessairement vouloir une satisfaction sexuelle éminente. Le désir sexuel diffère d’une personne à l’autre et se manifeste différemment chez l’homme et chez la femme.

Pour reconnaître ce qui crée en vous le désir, il est impératif de cibler ce qui vous excite, vous stimule. Arrêtez-vous quelques instants et portez d’avantage attention à vos émotions. Ciblez l’heure, l’odeur, le mouvement, l’ambiance, la caresse, la situation, le vêtement, même l’acteur ou l’actrice qui vous procure une certaine stimulation. Faites un examen approfondi de vos propres réactions.

« Le désir sexuel est imprégné de la satisfaction anticipée d’un besoin ressenti comme intolérable. Il y a donc à la base un état de tension et d’excitation liées au souvenir du plaisir déjà éprouvé. Le désir, bien que naturel, se construit à partir des expériences vécues dès le plus jeune âge et s’enrichit au cours de la vie sexuelle. Il rencontre des limites grâce au processus d’inhibition permettant une vie sociale. » Christine Benoît, Rêves et fantasmes érotiques, Éditions de Mortagne, p.47.

Résumons-nous…

Donc, je séduis quelqu’un qui me plait et tente de capter son attention. Une fois que je l’ai obtenu et qu’il a le mien, le jeu de séduction se poursuit. Possiblement, un désir s’est déjà installé mais sans plus…

Ensuite, que se passe-t-il

Déjà à cette étape un certain désir s’est probablement installé ;

    • Parfois on réalise que l’attrait de l’autre n’est pas réciproque et on laisse tomber notre séduction,
    • Parfois au fil de la conversation, dépendant du jeu de séduction de l’autre, on s’aperçoit que cette personne nous intéresse moins et on met fin à notre jeu de séduction.
    • Parfois la séduction s’intensifie lorsque les deux partenaires se trouvent des points communs. Si tel est le cas, on est alors prêt à tout pour plaire.
    • Pour que la séduction s’intensifie, les deux partenaires doivent se plaire mutuellement, sinon, si la séduction n’est que d’un seul côté et que l’on refuse d’abandonner, cela peut facilement devenir du harcèlement.

 

On apprend à se connaitre davantage

Ensuite on se fréquente, on apprend à se connaître, on intensifie le processus de séduction, donc on élimine peu à peu les distances qui séparent deux êtres (physiquement et moralement). Déjà, l’idéal est d’être franc, se monter tel que l’on est. On a souvent tendance à se montrer plus beau, meilleur que ce que l’on est de peur de décevoir. Faire des choses que l’on n’a pas l’habitude de faire (avoir plus de patience quand cela nous énerve) bref, on lance plusieurs doubles messages. C’est une erreur puisque un jour, le naturel reviendra au galop. On ne peut changer nos limites sous prétexte de plaire à l’autre. On est ce que l’on est.

On peut par contre s’améliorer soi-même, devenir plus authentique. Mais de grâce, si vous vous dîtes déjà à cette étape : « il changera avec le temps » vous vous égarez complètement. S’il y a quelque chose que le CRAM nous enseigne c’est que le seul pouvoir que nous ayons sur l’autre est un pouvoir indirect inconscient d’influence.

Posez-vous la question : Pourquoi suis-je amoureux ou de quoi suis-je amoureux ? On est souvent amoureux de l’émotion que ces fréquentations nous font vivre et non de la personne.

La passion est-elle également au rendez-vous

C’est également à cette étape de la séduction que la passion fait son apparition. Dans ce contexte, la passion représente le côté attirance physique et découverte. Le superficiel, l’artifice. C’est l’émotion intense qui découle du désir sexuel. L’intensité de cette émotion peut varier dépendant de l’ardeur avec laquelle on désir l’autre. Il nous arrive souvent de penser que la passion ressentie est l’amour sans chercher plus loin.

Souvent, on arrête là le processus de séduction. On ne prend pas le temps et le risque de mieux connaître l’autre. La passion s’éteint alors après un certain temps parfois très court. Certaines personnes changent de partenaire lorsque cela arrive croyant l’amour éteint avec la passion et cherche ailleurs une autre flamme. Ces gens sont en amour avec l’émotion de la passion et non avec la personne.

Qu’est-ce que la passion alors

La passion est une émotion que l’on vit intensément. C’est un élan de propulsion vers l’autre qui nous pousse à nous abandonner afin de jouir pleinement. Elle est très convoitée surtout si on l’a déjà vécu une fois.

La passion est étroitement liée avec le désir. Cependant, elle nécessite quelques ingrédients de plus pour vivre, survivre ou revivre.

Étant un élan, une émotion, elle ne peut être constante. Elle peut vivre puis s’éteindre ou être provoqué de différentes façons.

      • Découverte, le nouveau ,la découverte du corps de l’autre
      • Intrigue, mystère
      • Amour pour l’autre

Si ce n’est pas de l’amour c’est quoi l’amour alors

L’amour est un sentiment qui se développe dans la confiance et le respect. Sans ces deux ingrédients essentiels, il ne peut y avoir d’amour. Non seulement le respect des autres mais le respect de soi. Ne pas respecter ses propres limites est un manque de respect envers soi-même. Cela engendre le sous-estime de soi. Il faut donc s’aimer soi-même, s’accepter tel que nous sommes avec nos qualités et nos défauts. Le sacrifice de soi n’est pas un geste d’amour mais un manque de respect envers soi. L’amour n’exige pas le sacrifice de ses pensées, de ses illusions, de ses limites. Il est le partage de tout ça. S’aimer soi-même ne signifie pas s’éprendre de soi de façon narcissique ou même négliger l’autre mais s’accepter en tant que personne à part entière digne de respect, digne d’être aimé et d’aimer. Cela semble évident mais ce n’est pas toujours le cas.

Le processus de séduction continu combien de temps

Le processus de séduction s’étale sur un certain laps de temps. Il peut varier de beaucoup, de quelques heures, à quelques jours, à quelques moi ou même, quelques années. Généralement, lorsque l’on réussit à se séduire en quelques heures, on parle d’un coup de foudre. Cela ne veut pas dire que vous ne devez pas apprendre à vous connaître mieux.

Qu’importe le temps (qu’il soit long ou court) ou la manière d’on vous procédez à la première étape de la séduction (distance qui sépare deux êtres physiquement), il n’y a pas de recette parfaite. Tous les chemins peuvent être bons en autant que vous respectez vos propres limites. Ce qui veut dire de ne jamais s’obliger à faire quelque chose dont on ne se sent pas tout à fait prêt à faire pour faire plaisir à l’autre ou par peur du jugement.

 

Approfondissez

Ce qui est superficiel reste superficiel. Par contre, ce qui est profond s’intensifie et crée des liens. C’est pourquoi, ce qui importe est la façon dont vous procéderez à la deuxième étape du processus de séduction (distance qui sépare deux êtres moralement) qui importe le plus en ce qui concerne la passion, le désir et l’amour ou devrais-je dire, faire vivre ou revivre la passion et le désir. C’est également ce qui déterminera si votre amour sera durable ou passager.

Apprendre à se connaître dans nos gestes et réactions, notre caractère, nos idées, nos pensées, nos habitudes, nos goûts, nos préférences, notre philosophie et surtout dans nos peurs cachées, nos craintes, nos doutes, nos espérances, nos joies, ce qui nous touche au plus profond de nous.

Vous comprendrez facilement que cette étape ne peut durer quelques jours. Elle s’étale généralement sur plusieurs années puisqu’avant de connaître quelqu’un suffisamment pour savoir qu’on peut lui faire confiance et lui confier ses peurs, ses secrets, ses jardins sacrés, peut être long. De toute façon, on a toute une vie pour y arriver.

Un des ingrédients essentiels dans la séduction

On peut arrêter le processus de séduction à tout moment, consciemment ou non. Tout dépend à quel point on est prêt à s’y investir de notre personne ou de notre intention de départ. Il ne peut résulter que des problèmes d’un couple qui n’aurait pas le même but de séduction.

Exemple : Vous êtes dans un « cruising bar » et y faites la rencontre de quelqu’un qui vous plaît. Votre intention est amoureuse alors que lui, son intention est une satisfaction sexuelle. Que se passera-t-il ? Il y a de fortes chances pour que votre relation crée des frictions et explose. Si par contre les deux partenaires ont le même but, qu’il soit superficiel ou sérieux, vos chances sont déjà très bonnes.

Votre but dans votre jeu de séduction était pour…

    • La gloire d’avoir conquis quelqu’un
    • Le désirer à tout prix, comme un trophée
    • Se jouer le jeu, être en amour avec l’image que la personne projette
    • Être en amour avec l’amour
    • L’amour de sa vie
    • Expérience, faire une coche à son fusil
    • Satisfaction sexuelle
    • Etc…

 

Conclusion

Certes plaire nous valorise. Cependant, avec le temps, le quotidien nous ronge et on oublie de se séduire et ce, pour diverses raisons. Ce n’est pas nécessairement parce que l’amour n’est plus au rendez-vous !  Il s’agit souvent d’un manque de communication, d’intimité, de complicité, une accumulation de frustrations refoulées ou tout simplement l’oubli, l’habitude. L’oublie tue le désir… la passion… et l’amour. À vous de voir si vous avez tous les deux toujours de l’intérêt dans cette relation.

Leave a Reply 0 comments