Problèmes sexuels ou solutions - Bienvenue sur le site de Chantal Brault

Problèmes sexuels ou solutions

Personnellement, je préfère parler de solution de que problème. Selon moi, il n’y a pas de réel problème sexuel. Ce sont des conséquences, résultantes ou comme certains disent, des symptômes. Cela n’en fait pas une maladie pour autant. De plus, le corps possède déjà toutes les solutions alors nul besoin de chercher à l’extérieur de soi.

Plus ne conséquence qu’un réel problème

Je préfère largement travailler avec les solutions que les problèmes. Le simple fait de mentionner le mot « problème » me dérange. Je ne suis pas d’accord avec le terme parce que ce ne sont pas des problèmes. Ça nous cause problème mais en fait c’est davantage un symptôme, une résultante, une conséquence à ce que l’on fait ou ne fait pas.

Vite!! Fuir cet inconfort

Le fait est que l’on est tellement rendu déconnecté aujourd’hui, on n’est tellement plus près de nos sens et notre senti. On ne comprend plus les messages de notre corps qui lui est fidèle et reflète ce que l’inconscient vit, sait mais que nous en sommes tellement déconnecté que l’on ne sait plus, on ne comprend plus ce qui se passe. On ne sait plus ce que l’on vit, ni ce que l’on ressent. Ce qui fait que lorsque ces inconforts sortent, on ne veut plus les sentir. On ne veut même plus le savoir.

Qu’est-ce que mon corps veut me dire?

On cherche à consulter pour savoir si on est « normal ». Logiquement, cela ne semble pas l’être puisque cela va à l’encontre de notre esprit de performance. Alors on court après la pilule miracle, la solution rapide. On veut se débarrasser de cet inconfort, ce signal d’alarme. On ne veut plus le ressentir et cherche à le faire taire plutôt que de s’arrêter et de chercher à comprendre ce qui se passe. Qu’est-ce que mon corps cherche à me dire? Comment se fait-il que je vive ça?

Exemple :

Lorsque j’ai accouché de mon 4e enfant, l’accouchement fut extrêmement difficile. Il s’est engagé dans le passage, je n’étais qu’à 3. Mon corps n’était pas près mais le bébé lui, avait décidé de s’engager et je n’avais que 5 minutes pour le sortir sinon il risquait de mourir. J’ai donc tout donné pour le sortir. J’ai forcé pour l’expulser mais considérant que le passage n’était pas prêt, il a tout amené avec lui et irrité au passage. Le résultat; irritation intense et descente vaginale. Mais ça, je l’ignore encore. Tout ce que je sais c’est que j’ai mal, ça brûle intensément mais vu les circonstances, je me dis que c’est normal.

Toujours ce feu intense

Les jours, les semaines et les mois s’enchaînent et j’ai toujours ce feu intense entre les jambes 24/24. La douleur est devenue chronique. Je suis quelque peu inquiète parce que je vais chercher le miroir, je regarde et je vois qu’il y a plein de bosses et que c’est douloureux. Je me demandais si c’était des kystes.

Je consulte des professionnels

Je vais consulter des professionnels afin de comprendre ce que j’ai et chercher une solution. Tout ce que l’on me dit c’est que tout est beau, tout semble normal. Comme si j’imaginais cette douleur insupportable. Puis, un gynécologue me dit que mise à part une descente vaginale, il ne voyait rien d’anormal. On me diagnostique une vestibulite. On me propose une intervention afin de me repousser l’utérus à sa place et de m’insérer une sorte de prothèse qui maintiendrait le tout à sa place. Cependant, puisqu’il s’agit d’un corps étranger, le corps risque de le combattre et de provoquer des infections vaginales. De plus, pas génial pour la vie sexuelle. Bref, rien de satisfaisant ou qui me convient comme solution.

Vestibulite

En fait, ce qu’il faut comprendre, c’est que l’on met des noms sur des situations. Le terme vestibulite ne veut rien dire d’autre qu’une douleur ressentie au niveau du vestibule, donc à l’entrée vaginale. Mais vue qu’on a un nom de maladie, on prend pour acquis que l’on a un problème, que celui-ci a même un nom et que l’on n’y peut pas grand-chose. Le problème n’est pas d’avoir une vestibulite, c’est plutôt qu’il s’est passé quelque chose et dans ce cas il s’agit d’un accouchement difficile. Il y a eu de l’irritation intense, avec le temps c’est devenu une irritation chronique et cela a duré presque deux ans sans arrêt.

Une solution naturelle

J’ai trouvé par moi-même, parce que la médecine d’aujourd’hui ne m’offrait aucune solution satisfaisante, des techniques pour soulager et guérir la douleur vaginale dans une science beaucoup plus ancienne datant de millénaires (le Tantra). En seulement 5 jours, la douleur avait presque entièrement disparue. J’ai même pu remonter mon utérus à sa place de façon tout à fait naturelle et sans douleur. Je n’ai eu besoin d’aucun médicament. Mon corps avait déjà tout ce qu’il faut pour se guérir lui-même. Le corps nous donne absolument tout ce dont l’on a besoin pour le soigner mais l’on chercher à l’extérieur la solution facile, le remède miracle.

Un autre exemple

Prenons un autre exemple, parlons de vaginisme. Moi j’ai vécu ça 3 fois au cours de ma vie, à 3 intensités différentes et pour 3 raisons différentes. Le vaginisme c’est quoi dans le fond? C’est une protection que le corps se fait à cause d’une peur qui est présente et qui est parfois inconsciente. C’est le corps qui dit : « non, t’es pas prête! ». Si tu vas consulter, on te suggère d’utiliser des objets de grosseurs différentes afin de forcer l’entrée et se familiariser avec la dimension et ouvrir le corps.

Quel est le vrai problème?

Pourquoi brusquer le corps? Pourquoi chercher une solution extérieure, un outil, un médicament, un miracle? Le miracle, la solution, le remède, on le possède déjà! Nous n’avons qu’à le comprendre et écouter le message qu’il nous envoie. Les problèmes sexuels sont rarement de vrais problèmes médicaux. Que l’on parle d’éjaculation rapide, de panne érectile, l’anorgasmie, nommez-les tous! Ce ne sont pas de problèmes, ce sont des conséquences. Il faut nous interroger sur la raison pour laquelle je vis ça. C’est là qu’est le vrai problème.

Les messages du corps

Mon corps est fidèle avec ce qui est, pas avec ce que je veux lui imposer. Il m’envoie des messages, il m’avertit que je l’agresse mais je ne veux pas l’entendre, je ne veux pas l’écouter. Je veux lui imposer mes volontés. C’est pour cette raison que je dis que l’on est déconnecté. On ne fait plus la différence entre ce que l’on veut et ce qui est mais le corps le sait. Une fois que l’on a comprit ça, on est capable de réajuster le corps et de soulager ces conséquences.

Sortir du problème

Quand on considère ça comme un problème, c’est là que ça en devient un. Le simple fait de mentionner le mot « problème », c’est déjà lourd à porter. Sortons du problème, rentrons davantage dans la solution. Elle existe toujours. C’est souvent très simple. C’est le corps qui la possède, nous reste à le comprendre et le respecter.

Leave a Reply 1 comment